Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/12/2013

Nathalie DAVID (Roumanie), lauréate du trophée Équité. Edition 2013 des Trophées Femmes 3000

Photo Daniele Taulin-Hommell (5).jpg

Le Trophée Équité de l'édition 2013 des Trophées Femmes 3000 a été attribué à Nathalie DAVID, Française installée en Roumanie, pour son initiative CASIOPEEA, association créée en 2010 dont la mission est la sensibilisation des hommes, des femmes et des jeunes filles au dépistage précoce du cancer du sein.

Pour ce faire, CASIOPEEA organise régulièrement une course et une marche permettant de remettre à chaque adulte inscrit un voucher pour une échographie mammaire gratuite et d'offrir, à partir des fonds collectés le jour de la course, des prothèses aux femmes ayant subi une ablation du sein.

Ci-dessous son portrait par Fabienne Prévot

Nathalie David, une femme en marche

Cassiopea est une  constellation porteuse d’espoir, mais aussi   symbole de combat : toute une histoire. « Nous qui sommes en bonne santé, ne pouvons-nous pas donner un peu de temps et d’argent à ceux qui sont malades ?» C’est par ces mots que Nathalie David exprime ce qui la motive et les défis à relever.

Crédit photo : Danièle TAULIN-HOMME


 

Le rose est devenu sa couleur fétiche. C'est en effet celle d'un petit ruban, signe fort de reconnaissance dans la lutte contre le cancer du sein et surtout vecteur de sensibilisation à sa prévention. C’est aussi la couleur d’Odyssea, course pédestre qui réunit chaque année à Nantes des milliers de marcheurs, tous revêtus d'un t-shirt rose bien visible. C’est la dégradation due à cette maladie, puis le décès d’une de ses amies de sport qui ont amené Nathalie David à créer Odyssea à Nantes. Belle réussite puisqu'en mars 2013, cet événement a réuni 5 500 personnes dont 400 enfants. 40 k€ ont été collectés.

De 1989 à 2006, si la mortalité a diminué de plus de 20 % dans 15 pays en Europe, elle est restée stable et a même augmenté en Europe centrale. Les chiffres oscillent entre un recul de 45 % en Islande et une hausse de 17 % en Roumanie. En France, la prévention de ce type de cancer est bien accompagnée et même soutenue par les pouvoirs publics. Il n’en est pas de même en Roumanie. C’est en arrivant en Roumanie en 2008 que Nathalie David en a pris conscience. En abordant là-bas la  question du cancer du sein, elle se rend compte qu‘il n’y a aucune prévention et que dans 70 % des cas une ablation est réalisée ; en effet, le dépistage étant inexistant, les femmes consultent tardivement et se voient révéler un cancer à un stade déjà avancé laissant peu de choix quant à son traitement, hormis l’ablation. Question de culture sans doute, mais aussi et surtout de moyens financiers puisque les 50 € d’une mammographie représentent un budget conséquent pour la plupart des femmes roumaines ; de plus, les hôpitaux présents seulement dans les grandes villes sont peu accessibles aux femmes de la campagne. Forte de ces constatations et de son expérience d’Odyssea, Nathalie David décide de créer une course similaire à Bucarest « même si je ne parlais pas la langue du pays, même si je n’avais pas de réseau »  dit-elle.  Appuyée par la CCI  française en Roumanie (qui la récompensera d’un prix), associée avec le Comité Olympique Roumain, l’aventure démarre en 2010. C'est parti ! CASIOPEEA est née !

L’argent collecté par la course ne peut comme en France être réparti auprès d'associations concernées par le sujet car il est assez complexe d’en suivre l’utilisation véritable. C’est pourquoi, à l’issue de la course, les fonds sont donnés directement aux femmes concernées sous forme de vouchers pour une mammographie gratuite. Non nominatifs, ces derniers permettent même à des hommes d’en faire profiter leur entourage ou leur entreprise  «car en Roumanie, quelqu’un qui n’a pas de couverture médicale grâce à son entreprise ne peut pas payer cela.»  C’est un partenariat avec une clinique privée qui le  permet.

Nathalie David s'aperçoit ensuite qu’un gros travail d’éducation à la prévention reste à faire puisque sur 1300 vouchers remis, seulement 10 % ont été utilisés.

En 2012, Casiopeea Bucarest a rassemblé 3 200 participants et 4 000 étaient attendus fin septembre 2013. Cette course se décline dorénavant en province à  Brasov où elle a réuni 1 000 participants pour sa 2ème  édition.

«Depuis le début de cette initiative, on a remis plus de 600 prothèses et maintenant les gens nous sollicitent directement. Progressivement, on sent qu’il y a des prises de conscience et que les jeunes deviennent réceptifs. C’est un moyen pour nous de travailler sur la prévention. C’est aussi et même avant tout une aventure humaine, de solidarité concrète, c’est  un beau challenge et moi j’aime les challenges !» 

Le budget de Casiopeea, de l’ordre de 50 k€/an, provient à la fois de sponsors entreprises et des frais d’inscription aux courses. Ce budget est mis en oeuvre par une équipe aujourd’hui composée d’une dizaine de bénévoles. Si au démarrage de l'initiative, les bénévoles étaient surtout des femmes expatriées, 33% des bénévoles sont aujourd’hui des Roumaines. « En Roumanie, pour se permettre d’être bénévole, il faut une certaine maturité et une certaine latitude financière. »

Selon Nathalie David, une des forces de Casiopeea est d’avoir intégré un "Corporate challenge", formidable outil de mobilisation et réel enjeu de communication interne des salariés pour les entreprises qui y participent. Ce Corporate challenge a ainsi mobilisé 15 entreprises en 2012 et 40 en 2013. Renault, par exemple, a impliqué 400 salariés via ce challenge en 2013.

Pour la suite, c’est la Vice-Présidente de Casiopeea, une femme médecin, roumaine, qui prendra le relais, entourée d’une équipe de femmes multiculturelles dont des Françaises implantées depuis longtemps en Roumanie et qui ont une bonne connaissance de la langue et du pays, ainsi qu'un bon réseau.

Aujourd’hui de retour en France, Nathalie David va participer au Marathon des sables en 2014 associé à une opération de communication : le but est de vendre ses kilomètres parcourus pour en faire don à Casiopeea en Roumanie.

Une façon d’y être encore présente.

Fabienne Prévot

Les commentaires sont fermés.