Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2009

Des noms de femmes pour nos rues : aujourd'hui, Louise Weiss

des-noms-de-femmes-pour-nos-rues-aujou-1850833.jpg.jpgVoici le sixième et dernier volet de l'article qu'Alain Fernagut a consacré aux femmes qui ont donné leur nom à des rues d'Armentières. Aujourd'hui, Louise Weiss.

 

La rue Louise-Weiss a vu le jour en 2004, en même que les rues de Litomerice et Maurice-Schuman, formant ainsi un ensemble de 79 maisons. Elle fut construite à l'endroit où se trouvaient auparavant des friches industrielles, soit la filature La Cotonnière et l'usine textile Dufour-Lescornez. Cette rue était la 219e rue d'Armentières et la cinquième à se voir attribuer un nom de femme. Ce qui fait que 56,82 % des rues portent des noms de personnalités masculines, et seulement 2,27 % des noms de personnalités féminines (40,91 % d'entre elles portent d'autres dénominations).

Journaliste et féministe

Louise Weiss est née à Arras en 1893 et décédée à Paris en 1983. Elle était une journaliste et féministe française. À l'âge de 21 ans, elle fut reçue à l'agrégation de lettres. Infirmière pendant la Première Guerre mondiale, elle fonda et dirigea l'Europe nouvelle (1918-1934), une revue de politique internationale, dans laquelle elle défendait la paix et la coopération entre les peuples. Après 1918, partisane de la Société des Nations, elle appuya la politique de rapprochement avec l'Allemagne initiée par Aristide Briand, prônant, comme ce dernier, la création des États-Unis d'Europe.

Déçue par la SDN et inquiète de la dégradation de la situation internationale, elle quitta l'Europe nouvelle en 1934 pour se consacrer à une autre cause, celle des droits des femmes. Elle fonda la Femme nouvelle, un mouvement féministe qui revendiquait essentiellement le droit de vote pour les femmes.

À partir de 1942, elle entra dans la Résistance, sous le nom de Valentine. Après la guerre, et jusqu'à la fin des années 1960, elle multiplia les voyages dont elle rapporta des films documentaires et dont elle tira des récits. Élue au Parlement européen en 1979, elle fut la doyenne de cette Assemblée.

Une oeuvre importante

Louise Weiss a laissé une oeuvre importante : des romans (La Délivrance, 1936 La Marseillaise, 1945-1947 Sabine Legrand, 1951 Dernières Voluptés, 1979), des pièces de théâtre, des essais, des récits de voyage et des mémoires (Mémoires d'une européenne, 1968-1976).

La fondation Louise Weiss, créée en 1971, attribue chaque année un prix destiné à récompenser un individu ou une institution «  ayant contribué à l'avancement des sciences de la paix, à l'amélioration des relations humaines et aux efforts en faveur de l'Europe ». •

Les commentaires sont fermés.